La découverte des hachures

2012

Pointes tubulaires sur Canson

Personnage en hachures

La technique des hachures est très reconnaissable : de multiples coups de crayon qui s’entremêlent pour former une illustration. Le rendu est plus brut qu’une illustration peinte ou faite aux feutres. Cependant, le processus permet de travailler les contrastes et les tonalités avec beaucoup de précision.

Fais dodo

Pour ce dessin, c’est une amie et camarade de classe qui a posé lors d’un cours.
D’ailleurs, je pense que si le temps d’exécution du croquis n’était pas imparti et que nous ne devions pas inverser les rôles, elle se serait bel et bien endormie !
Merci Sarah d’avoir pris la pose pour moi.

Esquisse et hachures

Ce dessin a été réalisé en classe d’art. Nous avions expérimenté les hachures par le biais de plusieurs croquis d’observations. Par groupes, et à tour de rôle, nous avons posé en tant que modèle puis exécuté nos esquisses en tant qu’artiste.

Le temps par pose étant limité, il fallait donc être capable de traduire visuellement et rapidement les volumes. Pour ce faire, nous devions produire des contrastes, des nuances et des dégradés avec la technique imposée des hachures. Il était également préférable d’utiliser plusieurs épaisseurs de pointes en fonction de ce que nous souhaitions représenter. Pour ma part, j’ai choisi des traits fins pour la peau et des pointes plus épaisses pour les vêtements.

Superposées, entrecroisées, ni trop, ni trop peu, petites ou grandes, etc., les hachures demandent de la technique. Ainsi, il faut savoir jauger la densité, gérer la direction et quantifier les traits afin de produire les bonnes nuances de gris ou de noir ainsi que les ombres.

Il faut prendre garde à ne pas se laisser trop prendre au jeu. En effet, il y a un risque de surcharger les hachures et d’obtenir une esquisse plus sombre que ce qui était voulu.

Le contrôle et la prise de recul sont nécessaires afin que le crayonnage des hachures permette une représentation adéquate des contrastes, des ombres et des effets de lumière.

C’est par ces premiers croquis que j’ai expérimenté les hachures et que j’ai commencé à apprendre comment les traiter. À la fois précise et créative, cette technique permet d’infinies possibilités grâce à la diversité des pointes, la longueur des traits, la direction des éléments, etc.

Plume de Boubou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *