Premiers corps nus sous ma mine

2011

Encre de chine / Aquarelle / Fusain

Corps nus multiples

Le nu, en tant que sujet artistique, traverse les siècles et suscite toujours de l’intérêt. Notamment parce qu’un corps dénudé peut transmettre tout type de message : la beauté, la religion, l’anatomie, l’histoire, la provocation, etc. Par exemple les Romains sculptaient des corps nus pour représenter leurs dieux tandis que les Grecs traitaient le sujet avec plus de réalisme.

Clin d’oeil

Le nu en haut à gauche a été réalisé avec de l’encre de chine, celui de droite avec de l’aquarelle alors que celui du bas a été crayonné au fusain.

Pour le personnage en haut à droite, une amie a posé pour moi tandis que les autres ont été croqués à partir de photos diverses.

Merci Lise d’avoir pris la pose pour moi !

Dessiner le corps humain

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été artistiquement fascinée par le corps humain. Tout d’abord parce qu’il offre de nombreuses possibilités de postures (et donc d’illustrations) mais aussi parce qu’il est possible de faire des milliards de corps différents. En ce qui me concerne, les corps sont un reflet de notre communauté mondiale : tous différents et identiques à la fois. C’est ce qui fait toute sa complexité mais surtout toute sa splendeur.

Par ailleurs, je trouve que le nu, lorsqu’il est correctement traité, peut montrer toute la beauté d’une personne. Un corps peut raconter une histoire de part de ce qu’il est au naturel (couleurs, formes, attributs, etc.) mais aussi part ce qu’il a vécu  (tatouage, piercing, cicatrices, etc.).

En conséquence, l’illustration d’un corps n’est pas évidente. Si on souhaite se rapprocher d’un style plus ou moins réaliste, comme ce fut mon cas, croquer tous les détails et les volumes n’est pas facile. Néanmoins, il existe tellement de manière d’interpréter un corps qu’il en est un sujet artistique inépuisable.

Par le travail d’observation, et avec le défi d’être rapide pour respecter le contexte du croquis, j’ai tenté de dessiner les corps qui m’ont été présentés. Par ailleurs, j’ai testé plusieurs techniques afin de réaliser plusieurs types de rendus.

L’encre de chine et le fusain donnent la possibilité de créer de fort contrastes et plusieurs effets d’ombres et de lumières. L’aquarelle, quant à elle, donne beaucoup plus de douceur au rendu mais est plus compliquée à maîtriser.

Il paraît paradoxal de dire qu’un nu a beaucoup de choses à dire. Néanmoins, on peut toujours s’imaginer une histoire derrière chaque esquisse. Après tout, l’Origine du Monde fait toujours parler d’elle.

Plume de Boubou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *